En raison des circonstances actuelles, notre librairie est fermée et aucune expédition ne pourra être assurée pour une durée indéterminée.

Aires

Aires

Marcus Malte

Zulma

  • 22 janvier 2020

    Encore une fois je suis éblouie par le talent de Marcus Malte. Autant que dans « Le garçon », bien que le genre soit ici totalement différent.
    « Plusieurs histoires, en fait. Mais qui n’en font qu’une. Parce que c’est le principe même de la vie, sa trame : des destins qui s’enchevêtrent. Et c’est quelque chose que je trouve fascinant. Toutes ces trajectoires parallèles qui finissent par se croiser »
    Cet extrait résume parfaitement le roman. J’ai l’impression d’avoir lu plusieurs livres, d’avoir croisé plusieurs vies.
    Tout se passe sur l’A10, une autoroute où circulent des gens dont les destinées de certains vont se croiser. Au gré des personnages, d’innombrables sujets sont traités.
    L’auteur tourne en dérision les excès de notre société. Il dénonce des faits divers de l’actualité. Il ya de anecdotes, des drames.
    On y trouve des sentiments, de l’amour, de la passion, de l’addiction. De la fougue et du désespoir.
    Tout est entrecoupé de spots publicitaires, de flashs radio, de chansons selon les stations écoutées par les automobilistes.

    Il est beaucoup question de société et de politique. C’est un livre jubilatoire et puissant. Le style, le vocabulaire, l’originalité, tout est délice. L’humour côtoie la profondeur. Sûr qu’après cette lecture, on ne parcourra plus les autoroutes sans y penser. Un livre pour lequel on souhaiterait avoir plus d’insomnies pour ne pas avoir à le refermer avant de l’avoir terminé.


  • par (Libraire)
    17 janvier 2020

    Un regard incisif sur notre société

    Des hommes et des femmes se croisent, chacun avec leurs rêves si différents. Un roman qui décoiffe et qui incite au mouvement, brillant !


  • par (Libraire)
    10 janvier 2020

    Coup de coeur de Rémi

    JE SAIS que vous adorez passer des heures sur l'autoroute, et vous arrêtez dans les odeurs de saucisses frites (au mieux) ou de pisse de routiers. Voilà qui tombe plutôt bien, car c'est l'invitation que vous propose Marcus Malte dans cette belle rentrée de janvier.

    On ne m'ôtera pas de l'idée que le gaillard est audacieux, en proposant comme ça, un drôle de bouquin patchwork, où l'on suit tour à tour les destins ordinaires de français ordinaires, saisi à un tournant (ah ah! Tournant, Autoroute ah! ). Tantôt drôle, tantôt mélancolique, le tout est empreint d'une poésie inattendue, et d'une grande désillusion surtout.

    Ce monde moderne qui nous promet tout, qui nous autorise tant de confort, est bien une hydre envahissante, sirupeuse, avec ces bip bip et ces pubs, et tout ce bazar incessant qui nous distrait si souvent du cours de nos vies.

    Bref, c'est 'achment bien.

    Lisez Marcus Malte !


  • par (Libraire)
    9 janvier 2020

    “Par le grand Raz tout-puissant" !

    [🌪𝗖𝗼𝘂𝗽 𝗱𝗲 𝗩𝗲𝗻t🌪]
    𝐴𝑖𝑟𝑒𝑠, Marcus Malte, ᴇ́ᴅɪᴛɪᴏɴs Zᴜʟᴍᴀ

    Lire Marcus Malte (Prix Femina 2016 avec Le Garçon) est toujours une déflagration.

    N’en dévoilons que peu : Aires, c’est une journée sur l’autoroute des vacances, dans l’intime, le bruit et la solitude de quelques vies qui peuplent fugacement la route et son bas-côté.

    Vont-ils se croiser, ces risibles humains qui sont notre société de haut en bas ?

    Aires tant sur le fond que dans la forme est une sidération constante, une audace hors du commun, la virtuosité de Marcus Malte dans tous les registres : roman noir, social, d'anticipation, d’amour, d’une férocité décapante à plusieurs degrés comme d’une bouleversante poésie.

    Aires percute nos trajectoires dérisoires d’une magistrale colère.