• par (Libraire)
    17 décembre 2016

    Magnifique Murakami !

    Et si perdre ses amis, c'était perdre une partie de soi-même ?
    C'est ce qu'illustre très joliment le nouveau roman d'Haruki Murakami : son héros, Tsukuru Tazaki, semble en effet ne plus vraiment faire partie du monde des vivants depuis que ses amis de lycée ont coupé toutes relations avec lui, sans explications.
    Quinze ans ont passé, mais Tsukuru a toujours comme un vide en lui, malgré une existence bien remplie. Sa rencontre avec Sara va l'inciter à essayer de comprendre ce qui s'est passé, et ainsi, peut-être, renouer avec la vie.
    Un très beau roman, sensible et poétique, sur l'amitié, sur l'amour, bref sur la vie !
    Un moment de lecture magique...


  • 20 janvier 2016

    Immense

    Aucun mot pour ce coup de coeur absolu... A lire, ABSOLUMENT !


  • 15 septembre 2014

    La mécanique des cœurs d'Haruki Murakami

    Cinq comme les cinq doigts de la main. Cinq comme cinq amis inséparables, formant les cinq côtés d’un pentagone parfait. Ômi était « Bleu », Akamatsu était « Rouge », Kurono était « Noire » et Shirane était « Blanche ». Tous devaient leur surnom à une particularité atypique : chacun ayant une « couleur » dans son patronyme, tous sauf Tsukuru qui ne signifiait rien d’autre que « faire construire ». Lui était donc l’incolore. Est-ce la raison pour laquelle les autres lui signifièrent abruptement lors des vacances d’été, au cours de sa deuxième année d’université, qu’ils ne désiraient plus jamais le fréquenter ni lui parler ? Ce jour-là, la vie de Tsukuru Tazaki s’est brutalement arrêtée. En perdant ses quatre couleurs dont il était devenu inséparable, le jeune homme heureux, indolent et équilibré a trébuché sur un caillou, le faisant tomber dans un abîme sans fond. Une partie de lui est morte, et surtout, il n’a plus jamais retrouvé d’« endroit où revenir, de lieu intime, harmonieux, sans perturbation ». Après sa mise à l’index, vécue comme une injustice magistrale et inconsolable, l’étudiant peut donner le change à l’extérieur, mais se retrouve vide à l’intérieur. Eteint.

    Seize ans plus tard, Tsukuru devenu architecte, rencontre Sara, une femme différente de toutes celles qu’il a connues auparavant, avec qui pour la première fois depuis sa rupture avec les 4, il aimerait vivre une histoire pleine, entière et lui dessiner un futur. Sara lui fait comprendre qu’une telle relation fondée sur l’honnêteté ne peut s’envisager s’il n’a pas totalement déblayé son passé. La blessure, toujours à vif, ne se refermera que si Tsukuru peut comprendre pourquoi ses anciens amis l’ont rejeté de cette façon. Fortifié par cet amour naissant, rendu à lui-même et conscient de sa chance, il part à la recherche de ses anciens frères et sœurs de cœur. Une enquête minutieuse en forme de pèlerinage débute alors sous la plume précise, limpide, méthodique et, cependant, toujours trempée à l’onirisme, d’Haruki Murakami. Quiconque l’a découvert au cours

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u