4 à 4, Alain Campos, Araldo Governatori, Nissrine Seffar, Zhang Hong Mei
EAN13
9782862668086
ISBN
978-2-86266-808-6
Éditeur
Loubatières
Date de publication
Collection
LOUBATIERES ED
Nombre de pages
140
Dimensions
29 x 24 x 1,6 cm
Poids
948 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

4 à 4

Alain Campos, Araldo Governatori, Nissrine Seffar, Zhang Hong Mei

Loubatières

Loubatieres Ed

Offres

Depuis 2014, le musée Paul Valéry organise la biennale « 4 à 4 », qui propose quatre expositions individuelles réunissant quatre artistes contemporains. Aucun lien stylistique ne sous-tend la réunion de ces artistes dans une même manifestation. Ce sont quatre regards sur la création contemporaine qui sont proposés et quatre interrogations adressées à la réalité du monde dans son actualité immédiate, au geste artistique dans ce qui le lie tout autant au réel qu'à la fiction.
Alain Campos, né en 1955, commence à peindre dès l'adolescence, en autodidacte. À partir des années1980, il se consacre pleinement à son art. Aujourd'hui, il déploie un travail personnel riche et varié, où l'humain occupe une place centrale.
Aroldo Governatori, né en 1937 à Senigallia (Italie), est diplômé de l'Institut d'Art d'Urbino. De 1967 à 1971, installé à Rome, il commence sa carrière d'artiste-peintre qu'il poursuit dans le sud-ouest de la France. Depuis 2007, il vit et travaille de nouveau à Senigallia.
Nissrine Seffar est née au Maroc en 1983 et réside en France depuis 2011. Particulièrement sensible aux événements sociétaux et historiques liés à ces pays, elle a entamé, depuis le « Printemps arabe », une démarche artistique de prélèvements d'empreintes autour de la Méditerranée.
Zhang Hong Mei, née en 1973, est diplômée en dessin textile de l'Académie des beaux-arts du Shandong et de l'Université Qing Hua. Elle commence à développer son activité artistique comme peintre dans les années 2000. Zhang Hong Mei associe ses recherches sur l'abstraction à des traces de la tradition réaliste picturale chinoise.
Du 12 février 2022 au 8 mai 2022, musée Paul Valéry, Sète.
S'identifier pour envoyer des commentaires.