Rémi G.

Voix de la laponie espagnole

Paco Cerdà

Contre-Allée

20,00
par (Libraire)
4 juin 2021

Coup de coeur de Rémi

Si vous êtes comme moi (vous ne l'êtes pas, mais sur le point qui va suivre, on devrait se retrouver), vous ignorez sûrement que la région la moins peuplée d'Europe, avec une densité grosso modo similaire à la Laponie Arctique, se trouve... en Espagne. Tracez grossièrement un quadrilatère entre Madrid, Saragosse, Barcelone et Valence, vous obtiendrez un bazar gros comme deux fois la Belgique, avec une densité de 4 habitant au km2.

Paco Cerda est allé à la rencontre de ces derniers des Mohicans, activistes, bergers, rêveurs, vieillards, tous autant de Quichottes modernes, rêvant à la résurrection d'une région pourtant déjà mise à mort par la mondialisation, et l'exclusion d'à peu près tout.

Le résultat est saisissant, et propose un patchwork de témoignages, de dialogues, de déambulation, à l'écriture belle et mélancolique (peut-elle être autrement, au regard du sujet).

Un très beau récit, touchant et bienveillant.

Un conte de guan yu, le dieu chinois de la guerre, en amérique

Le Bélial

9,90
par (Libraire)
21 mai 2021

Coup de coeur de Rémi et Aurore

La moitié de l'équipe a lu ce super petit bouquin de la super petite collection Une heure Lumière...

Nous voilà dans l'Idaho, à l'époque de la ruée vers l'or. Un groupe de chinois s'installent dans la bourgade, cristallisant la curiosité de Lily, la fille de l'épicier. Déclenchant méfiance et indifférence, c'est surtout Lao Gang, un géant rougeaud et barbu qui attire le regard, et semble animer ce petit groupe de travailleurs acharnés et discrets.
Petit à petit, à la faveur de leur cuisine et des récits mythologiques de Lao Gang, les barrières se lèvent un peu, et c'est une histoire étonnante et fascinante qui nous est racontée : celle de la traite des travailleurs chinois, et de leur diaspora.

La langue est belle, les personnages attachants, l'étonnement à chaque coin de pages... Une vraie belle réussite, qui se lit comme un conte !

Une question subsiste : si le merveilleux fait des incursions discrètes, on se demande encore pourquoi ce récit se trouve dans une collection de pure SF...

16,00
par (Libraire)
30 mars 2021

Coup de coeur de Rémi

Voilà de quoi se décrasser un peu des gros bouquins de journalisme chiant.

Sophie Bouillon semble avoir choisi la voie périlleuse du journalisme de terrain. Il faut dire qu'avec sa plume précise et dense, et son intérêt manifeste à aller vers les autres, elle n'est visiblement pas calibrée pour rester le cul sur sa chaise en commentant des commentaires.

Nous sommes à Lagos, Nigeria, ville de DINGUE de 20 millions d'habitants. Par touches, comme une toile impressionniste, elle donne à voir les pulsations de la ville-monde, la débrouille, la gouaille, l'inaltérable optimisme, la vie religieuse et politique. Sans misérabilisme, sans angélisme, avec sincérité.

Tout ça en 150 pages. Seulement 150 petites pages pleines de vies, et de rencontres, et de galère, et de journalisme haut-du-panier qui bouscule le cœur et rassasie l'esprit.

Un gros gros coup de coeur !

19,00
par (Libraire)
22 mars 2021

Coup de coeur de Rémi

Junpei est un yakuza. Depuis peu. DIsons qu'il débute un peu dans le milieu, et qu'il sert, pour le moment, de larbins à son N+1. Jungei est un savant mélange du plouc et de la teigne, un chien fou aux dents longues qui se donne comme ambition de monter les échelons.
Quand le boss du gang lui impose son premier contrat (grosso modo : "Tu supprimes un gars et tu fais 8 ans de cabane"), il sent qu'il tient là la première marche de son ascension dans le milieu. Mais le prix à payer pour alimenter son CV de yakuza est un peu raide...
Le meurtre est programmé dans 3 jours, c'est le temps d'homme libre qui lui reste. Il les passe en flânant dans la Cour des Miracles de Tokyo, et toute sa faune bigarrée, violente et attachante.

Voilà un excellent roman, bourré d'humour aigre-doux, où on s'attache à un parfait crétin se débattant avec une ambition plus plus grande que lui.Les 280 pages se lisent d'une traite. J'ai adoré !

Roman

Éditions Gallmeister

par (Libraire)
25 février 2021

Coup de coeur de Rémi

J'en ai un peu ras-le-bol du polar. De cette course au détective-qui-soigne-ses-tourments-intérieurs, de ces familles-dysfonctionnelles-pourtant-biens-sous-tout-rapport, de ces fortunes-bâties-sur-un-mensonge, et de ces serial-killers-aux-marottes-étranges.
En deux mots, de l'essentiel de la production polaristique.

Peter Swanson n'en a pas marre du polar, on sent qu'il adore ça, et il est contagieux.
Il propose avec Huit Crimes Parfaits un vrai bon polar. Sans chichis, sans esbrouffe, sans bain de sang. Juste une bonne histoire, astucieuse, aux personnages attachants.
Malcolm est libraire dans une boutique spécialisée en polar, où il tient un blog que personne ne lit. Il tombe un peu des nues quand l'agent Gwen Mulvey l'interroge à ce sujet : un tueur semble utiliser une de ses sélections de livres ("les huits meurtres parfaits" !) pour commettre ses crimes...

Et hop, c'est parti. Et je n'ai pas boudé mon plaisir !

Juste un bon polar, et c'est déjà beaucoup !