Conseils de lecture

Manuwa Street
16,00
par (Libraire)
30 mars 2021

Coup de coeur de Rémi

Voilà de quoi se décrasser un peu des gros bouquins de journalisme chiant.

Sophie Bouillon semble avoir choisi la voie périlleuse du journalisme de terrain. Il faut dire qu'avec sa plume précise et dense, et son intérêt manifeste à aller vers les autres, elle n'est visiblement pas calibrée pour rester le cul sur sa chaise en commentant des commentaires.

Nous sommes à Lagos, Nigeria, ville de DINGUE de 20 millions d'habitants. Par touches, comme une toile impressionniste, elle donne à voir les pulsations de la ville-monde, la débrouille, la gouaille, l'inaltérable optimisme, la vie religieuse et politique. Sans misérabilisme, sans angélisme, avec sincérité.

Tout ça en 150 pages. Seulement 150 petites pages pleines de vies, et de rencontres, et de galère, et de journalisme haut-du-panier qui bouscule le cœur et rassasie l'esprit.

Un gros gros coup de coeur !


Trois jours dans la vie d'un yakuza
19,00
par (Libraire)
22 mars 2021

Coup de coeur de Rémi

Junpei est un yakuza. Depuis peu. DIsons qu'il débute un peu dans le milieu, et qu'il sert, pour le moment, de larbins à son N+1. Jungei est un savant mélange du plouc et de la teigne, un chien fou aux dents longues qui se donne comme ambition de monter les échelons.
Quand le boss du gang lui impose son premier contrat (grosso modo : "Tu supprimes un gars et tu fais 8 ans de cabane"), il sent qu'il tient là la première marche de son ascension dans le milieu. Mais le prix à payer pour alimenter son CV de yakuza est un peu raide...
Le meurtre est programmé dans 3 jours, c'est le temps d'homme libre qui lui reste. Il les passe en flânant dans la Cour des Miracles de Tokyo, et toute sa faune bigarrée, violente et attachante.

Voilà un excellent roman, bourré d'humour aigre-doux, où on s'attache à un parfait crétin se débattant avec une ambition plus plus grande que lui.Les 280 pages se lisent d'une traite. J'ai adoré !


Le Jardin, Paris
25,50
par (Libraire)
19 mars 2021

Coup de coeur d'Aurore

Le Printemps.

Une saison qui évoque l'arrivée des bourgeons, le soleil, le retour des chants d'oiseaux, une saison propice à l'amour.
Et quoi de mieux,en cette saison que de flâner dans un jardin. Je vous invite à rejoindre la magnifique jardin imaginée par Gaëlle Geniller : Le Jardin Paris, cabaret parisien. Marguerite, Perce-neige, Hyacinthe, Tournesol sont les fleurs qui agrémentent le lieu, des danseuses plantureuses et somptueuses aux costumes extravagants et magnifiques.

Mais surtout dans ce jardin, il y a Rose, une jeune pousse, un jeune bourgeon prêt à éclore. Rose, est un jeune garçon de 19 ans, fils de la gérante du cabaret, qui ne rêve que d'une chose : danser ; danser pour le public. Rose va enfin monter sur scène et sera un danseur hors pair, tout Paris se bousculera pour voir cet homme chalouper au son de la musique, et notamment Aimé fidèle admirateur de Rose.

Un bande dessinée qui affranchit les genres et balaie les préjugés sans aucune véhémence ni revendication, mais avec beaucoup de délicatesse et d'humanité. Une bande dessinée haute en couleur et en parfum qui allie douceur et romantisme pour une lecture exquise qui ravit autant qu'un beau bouquet de fleurs fraiches.

Gaëlle Geniller nous offre une petite pépite. Ne passez surtout pas à côté.
Absolument Magnifique.


Huit crimes parfaits, Roman

Roman

Éditions Gallmeister

23,40
par (Libraire)
25 février 2021

Coup de coeur de Rémi

J'en ai un peu ras-le-bol du polar. De cette course au détective-qui-soigne-ses-tourments-intérieurs, de ces familles-dysfonctionnelles-pourtant-biens-sous-tout-rapport, de ces fortunes-bâties-sur-un-mensonge, et de ces serial-killers-aux-marottes-étranges.
En deux mots, de l'essentiel de la production polaristique.

Peter Swanson n'en a pas marre du polar, on sent qu'il adore ça, et il est contagieux.
Il propose avec Huit Crimes Parfaits un vrai bon polar. Sans chichis, sans esbrouffe, sans bain de sang. Juste une bonne histoire, astucieuse, aux personnages attachants.
Malcolm est libraire dans une boutique spécialisée en polar, où il tient un blog que personne ne lit. Il tombe un peu des nues quand l'agent Gwen Mulvey l'interroge à ce sujet : un tueur semble utiliser une de ses sélections de livres ("les huits meurtres parfaits" !) pour commettre ses crimes...

Et hop, c'est parti. Et je n'ai pas boudé mon plaisir !

Juste un bon polar, et c'est déjà beaucoup !


Komodo

Éditions Gallmeister

22,80
par (Libraire)
24 février 2021

Coup de coeur de Rémi

Le nouveau David Vann dépote sévèrement.

Y a-t-il un bouquin de David Vann qui ne dépote pas ? Le garçon trace son chemin de magicien depuis la bombe atomique Sukkwan Island, en passant par le SCUD Impurs et le missile intercontinental Aquarium.

L'explosion 2021 s'appelle Komodo, et, autant le signaler tout de suite, voilà un texte nerveux et tendu, qui sert son lot de tourments intérieurs et de violences enfouies.

Quand Roy, quinqua un peu con qui zone en Indonésie pour passer un permis de plongée, accueille sa soeur Tracy et sa mère pour une semaine de vacances, il est loin d'imaginer la colère et le ressentiment que Tracy emmène avec elle. Leurs face-à-faces, de plus en plus tendues, seront interrompues par des plongées rivalisant de beauté...

Un roman magnétique, puissant, archi-tendu, du début à la fin. David Vann confirme : c'est un prodige.